Lefouilleur.com

le site leader de la détection de métaux

Détection de métaux de loisir et chasse aux trésors

Un loisir fabuleux en pleine expansion !

La détection ou prospection se pratique de 7 à 77 ans, quelle que soit votre région ou votre sexe. C’est un loisir universel très agréable à pratiquer seul ,entre amis ou en famille. Le but de ce site et de l’association est aussi de vous aider à trouver des partenaires de détection. Nous allons vous montrer que la détection permet de cultiver son corps et son esprit tout en restant au contact avec la nature.

On peut évaluer le nombre de prospecteurs, débutants ou confirmés, à environ 50.000 personnes, compte tenu des estimations qui ont été faites d’après les ventes de détecteurs de métaux de tous calibres. Dans la réalité coutumière, on peut affirmer que la plupart de ces outils électromagnétiques dorment profondément aux fins fonds des placards, voire des greniers, « vu qu’il m’arrive fort peu souvent de croiser un adepte de notre poêle à frire » !

Il existe ainsi quelques types très caractéristiques de détection électromagnétiques des métaux : la prospection dans les champs, à travers les bois et sous bois, le long des prairies, sur le sable des plages, dans les caves et souterrains, et  même sous l’eau…

90 % des prospecteurs  font, de la détection, un agréable loisir. Or aucune loi très officielle n’interdit ni ne permet ce comportement pourtant fréquent. C’est bien là toute l’ambiguïté de cette situation. Je vous souhaite, à toutes et à tous, de faire de belles découvertes au détour d’un chemin, à quatre pattes dans les ronces, ou sous le soleil en plein champ. Si vous rentrez  bredouille, comme la bonne Fanny s’y emploie le plus souvent, n’oubliez pas que le plus important est d’avoir pris un bon bol d’air !

Que trouve t-on en détection ?

On trouve beaucoup de déchets métalliques égarés au cours de siècles d’occupation ou provenant de l’épandage. Ce que vous réaliserez au bout de quelques sorties, c’est que notre sous sol est une véritable poubelle et que dire de ce qui se trouve sous l’eau. C’est pourquoi nous vous conseillons de ramasser vos déchets, reboucher trous, vous contribuerez à aider mère nature et donnerez une bonne image de notre loisir. Le cour de certains métaux étant très élevé (cuivre) nous vous conseillons de garder douilles et autres merdouilles, pour chaque année, faire un tour chez le ferrailleur. Cela paiera au pire vos piles au mieux un nouveau disque voir un nouveau détecteur pour les plus acharnés.

Nous avons en France 3000 ans d’histoire métallique, il est donc très rare de revenir d’une sortie sans une voir plusieurs piécettes. On trouve beaucoup de monnaies du 17-18eme siècle en cuivre de type « double tournois », la monnaie des serfs de l’époque. Ensuite, des monnaies modernes en aluminium ou bronze-alu voir cupronickel, sans oublier nos « anciens francs » sont assez communes. Les euros, de part leur composition, s’abiment très rapidement en terre et surtout à la mer. On trouve aussi beaucoup de pièces en bronze 19eme siècle type Napoléon III. Enfin, il est n’est pas peu commun de trouver des pièces antiques, c’est à dire romaine ou gauloise tant l’occupation et l’histoire de la Gaule fut riche.

On exhume aussi beaucoup d’objets usuels: boutons, dés à coudre, médailles, plombs, boucles, clés de robinet, bijoux récents ou anciens (capsulae, fibules…). Ces objets ont « une âme ». la détection est la seule « machine à remonter dans le temps ». Se dire qu’un bouton a été perdu par un vétéran des guerres napoléoniennes revenus indemne du front ou que la dernière personne à avoir touché une bague était romaine procure une montée d’adrénaline indescriptible. Qui n’a pas rêvé de se prendre pour Indianna Jones. Toutes ces émotions, un détecteur vous les procurera.

Dans certaines région on trouve aussi beaucoup d’objets militaires plus ou moins inoffensifs voir dangereux surtout s’il s’agit d’explosifs. Attention, un obus même rouillé voir une simple balle peut se révéler dangereuse. On parle de prospection « militaria ». Attention si vous rencontrez ce genre d’objet reportez vous ici, la prudence est de mise !

Si vous trouvez des objets dont vous ignorez la nature, mettez les sur le forum et on viendra les identifier en quelques minutes bénévolement.

De quoi ai-je besoin pour détecter ?

Tout d’abord il vous faut un détecteur. Reportez vous à la page conseil d’achats pour éviter les arnaques communes sur internet et malheureusement chez la plupart des vendeurs de détecteurs de métaux.

Vous aurez ensuite besoin, d’un solide outil d’extraction (pelle ou piochon selon votre région), d’une carte de randonnée IGN au 1/25000 que l’on trouve un peu partout et même en supermarché, de piles (toujours prévoir un jeu de secours surtout si vous utilisez des accus rechargeables), d’une tenue et de chaussures de marche (non coquées !) voir d’un GPS. Le casque est indispensable pour ne manquer aucun petit bruit, ne pas déranger la faune (et les chasseurs !) et rester discret. L’antimoustique/repulsif tique est fort utile surtout en foret.

Vous voilà prêt(e) pour l’aventure !

Comment identifier et nettoyer mes trouvailles ?

Pour identifier vos trouvailles vous avez 3 sources:

- Le magazine de détection rubrique numismatique, prospection ou identification

- Le Forum de détection rubrique identification

- Les livres de numismatiques spécialisés.

Pour ce qui est du nettoyage, le but est de ne surtout pas abimer ou frotter vos trouvailles surtout si elles possèdent une patine homogène. La couleur de la couche d’oxydation (la fameuse patine) dépend des métaux. La patine est verte pour le bronze mais peut être noire ou marron (patine de médailler). Une pièce dans l’eau n’a pas de patine tout comme l’or par définition inoxydable. Si vous enlevez cette couche vous abimez irrémédiablement votre trouvaille. Le mieux est de demander conseil sur le forum nettoyage et d’investir dans un nécessaire de nettoyage (stylo fibre de fer…). Evitez les nettoyages chimiques (mirror, acides…) ou les bains maison (vinaigre, citron)…mieux vaut « laisser la pièces dans son jus » quitte à la nettoyer plus tard plutôt que de l’abimer par manque de temps/compétences. Pour vous aider, le forum et là tout comme nos vidéos de nettoyage.

Pour finir nous vous conseillons vivement l’achat d’un DVD de détection pour vous familiariser en vidéo à ce merveilleux et passionnant loisir qui comporte mille facettes !

Prospection et archéologie

En France, on dénombre potentiellement un site archéologique tous les 500 mètres, or pour prospecter sur un tel site, il est impératif d’obtenir au préalable une autorisation préfectorale, accordée au cas par cas, ce qui montre bien que sur le territoire français, la détection n’est théoriquement pas possible sans autorisation dûment argumentée, signée, et voire contresignée. Si vous n’avez pas l’intention de détecter sur ce genre de site, dont l’étude est réservée à des professionnels de l’archéologie, vous n’avez pas besoin d’autorisation préfectorale vu que vous allez partir détecter au hasard, à la billebaude sans pour autant rechercher des « objets pouvant interresser l’histoire ou l’archéologie ». vous ne tombez donc pas sous le coup de la loi de 89 si vous pratiquez la détection de loisir, comme d’ailleurs l’ont prouvé les dernières jurisprudences. Sachez que, même sans détecteur, la prospection visuelle sur site archéologique requiert ce genre d’autorisation; il est interdit de ramasser des pierres et des fossiles sur un site archéologique.

Qu’est ce qu’un site archéologique me direz vous, vu que ces derniers n’ont pas de pancarte les indiquant ! Et bien, sachez qu’un endroit au milieu de nulle part ou vous trouvez 4-5 pièces antiques est potentiellement un site ou se situe à proximité d’un site archéologique. Certains affirment qu’il faut détecter au moins à 500 mètres de ces endroits pour ne pas tomber sous le coup de cette loi. C’est complètement faux puisqu’aucun article de loi ne fait référence à une distance minimum à respecter. Tous les sites archéologiques ne sont pas référencés (même sur les fameuses cartes archéologiques que nous vous déconseillons d’acheter !), et la notion de site classé n’a rien à voir avec les lois régissant notre loisir. Un site archéologique peut très bien ne comporter aucun mobilier au sol (pièce, débris de poterie…) et pourtant il s’agit d’un site référencé par nos « amis » de la DRAC.

En réalité, beaucoup d’entre-nous partent « poêler » sans cette autorisation préfectorale. L’administration le tolère, mais il est toujours possible de se retrouver nez à nez avec des gendarmes, des gardes-chasses, ou encore des archéologues, faisant tous, du zèle, un comportement nécessaire, et parfois obligatoire. La situation se corse des qu’un heureux veinard trouve un trésor, puisque l’événement fortuit n’existe pas, dès lors que l’inventeur, selon les lois françaises, utilise un détecteur de métaux.

Je disais donc que 90 % des prospecteurs pratiquent la détection en loisir. Ce sont des amoureux  de l’histoire, de la nature et  de la liberté. La détection est pour ces gens-là, comme pour moi, une véritable passion.

Or il nous arrive tous, sans le savoir, de trouver des objets pouvant intéresser l’historien ou l’archéologue, mais, pas peur de représailles, nous n’en déclarons aucun, ce qui entraîne évidemment une perte certaine d’informations pertinentes.

On peut malheureusement constater que les rapports entre archéologues et prospecteurs ne sont pas toujours au beau fixe. Et pourtant ! nous sommes concrètement animés par la même passion ! Espérons donc qu’un jour viendra où nous pourrons travailler main dans la main ! Quel rêve ! surtout dans quelques-unes de nos régions administratives ! N’oublions pas, tout de même, que 15 Directions Régionales des Activités Culturelles, sur 22 décomptées en France, collaborent  régulièrement, ou épisodiquement, avec des prospecteurs.

Le chemin est encore long avant que nos prestations potentielles puissent enfin être officiellement reconnues, mais mon rêve serait qu’un jour notre  statut  eut été enfin légalisé.

Les lois régissant notre loisir

Loi du 27 septembre 1941

Article 1 : Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartement à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation.

La demande d’autorisation doit être adressée au préfet de région, elle indique l’endroit exact, la portée générale et la durée approximative des travaux à entreprendre.

Dans les deux mois qui suivent cette demande et après avis de l’organisme scientifique consultatif compétent, le ministre chargé de la Culture ou le préfet de région accorde, s’il y a lieu, l’autorisation de fouilles ; il fixe en même temps les prescriptions suivant lesquelles les recherches devront être effectuées.

Loi N° 89-900 du 18 décembre 1989

Article 1 : Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

Article 2 : Toute publicité ou notice d’utilisation concernant les détecteurs de métaux doit comporter le rappel de l’interdiction mentionnée à l’article 1er de la présente loi, les sanctions pénales encourues, ainsi que les motifs de cette réglementation.

Décret  du 19 août 1991

Article 1 : L’autorisation d’utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, prévue à l’article 1er de la loi du 18 novembre 1989, est accordée, sur demande de l’intéressé, par arrêté du préfet de région dans laquelle est situé le terrain à prospecter.

La demande d’autorisation précise l’identité, les compétences et l’expérience de son auteur, ainsi que la localisation, l’objectif scientifique et la durée des prospections à entreprendre.

Lorsque les prospections doivent être effectuées sur un terrain n’appartenant pas à l’auteur de la demande, ce dernier doit joindre à son dossier Le consentement écrit du propriétaire du terrain et, s’il y a lieu, celui de tout autre ayant droit.
L’arrêté accordant l’autorisation fixe les conditions selon lesquelles les prospections devront être conduites.

Lorsque le titulaire d’une autorisation ne respecte pas les prescriptions, le préfet de région prononce le retrait de l’autorisation.

Article 2 : Quiconque aura utilisé à  l’effet des recherches mentionnées a l’article 1 de la loi du décembre 1989, du matériel permettant la détection d’objets métalliques sans avoir auparavant obtenu l’autorisation prévue à l’article 1er du présent décret ou sans avoir respecté les prescriptions de cette autorisation sera puni de la peine d’amende applicable aux contraventions de la 5ième classe. Le matériel qui aura servi à commettre l’infraction pourra être confisqué.

Article 716 du code civil

La propriété d’un trésor appartient à celui qui le trouve dans son propre fonds ; si le trésor est trouvé dans le fonds d’autrui, il appartient pour moitié à celui qui l’a découvert, et pour l’autre moitié au propriétaire du fonds. Le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété et qui est découverte par le pur effet du hasard.

Si vous avez besoin d’un conseil juridique, ou si vous vous posez des questions sur ce que vous avez le droit de faire ou ne pas faire, ou si vous vous voulez consulter les arrêtés d’interdiction locaux, posez vos questions ici:

Conseils pour bien débuter

1° – Toujours détecter avec une autorisation du propriétaire, si possible écrite, car elle vous couvre, au regard de la loi, en cas de découvertes fortuites. Pour ce qui est de la prospection dans les bois publics, l’Office National des Forêts ne donne pratiquement aucune autorisation. Si, en forêt, vous croisez un garde de l’ONF, évitez de vous enfuir au triple galop, allez plutôt discuter gentiment avec lui, de telles conversations se déroulent toujours sans anicroches, vu que ces experts de la flore et de la faune de nos sous-bois sont des gens très ouverts.

2° – Ne vous laissez pas entraîner, de votre propre chef, ou sous la conduite de quiconque, à la prospection sur des sites archéologiques dont vous connaissez l’existence, sans avoir obtenu au préalable une autorisation préfectorale.

3° – Si vous souhaitez engager une collaboration avec certains archéologues, mettez-vous en rapport avec les associations archéologiques locales, vous y serez souvent bien accueillis, car il n’est pas rare de pouvoir prospecter  avec leurs autorisations.  Evitez les associations de prospecteurs se réclamant nationales.

4° – Lorsque vous aurez eu la chance de mettre au jour des découvertes intéressant l’histoire et l’archéologie, contacter la DRAC, ou votre association archéologique locale la plus proche. Si, dans votre région, les rapports avec les archéologues sont tendus, voire inexistants, à défaut de déclaration officielle, listez donc les  lieux, dates et  types de découvertes, afin que l’information ne soit pas irrémédiablement perdue, de sorte qu’au jour où ces relations se seront apaisées, vous aurez la joie d’être le découvreur de plusieurs sites.

5° -  Rebouchez impérativement tous les trous que vous êtes amenés à creuser au cours de vos prospections, que ce soit dans les bois, les prés  et les champs. Ramassez tous vos déchets, et respecter la nature.

6° – Informez vous, identifiez vos trouvailles grâce à nos 2 magazines spécialisés et au forum. Consultez aussi notre DVD qui, des réglages au nettoyage des trouvailles en passant par les techniques de détection, traite de tous les aspects de la détection

7° – Si,  au cours de vos prospections, vous déterrez une grenade,  un obus ou une mine, la bonne conservation de votre intégrité physique commande de ne toucher à rien, mais prévenez la gendarmerie la plus proche dans les meilleurs délais.

8° – Vous ne devez pas pénétrer dans un champ semé, sauf si vous avez obtenu l’autorisation du propriétaire.

9° – Il est absolument nécessaire de toujours donner une excellente image de la détection et de ses pratiquants, ayez donc toujours un comportement aussi sympathique  que communicatif avec les personnes que vous croisez lors de vos sorties. Ainsi aurez-vous peut-être la surprise de glaner de précieuses informations.

10° – Pensez au cadastre pour trouver plus facilement  le nom d’un propriétaire.

11° – S’agissant de vos prospections futures, n’hésitez pas à questionner les anciens et les agriculteurs pour obtenir de précieuses informations.

12° – Pour ne pas être « tiré » comme un sanglier ou un cerf, évitez de sortir votre poêle en sous-bois le jour de l’ouverture de la chasse.

13° – N’hésitez pas à vous rendre aux archives départementales ou dans les bibliothèques de votre département afin d’y découvrir des informations inédites.

14° – Rentrez en contact avec d’autres prospecteurs grâce au forum, aux associations comme celle du Fouilleur ou lors de rallyes


  • RSS
  • Aide
  • Facebook du Fouilleur
  • Twitter du Fouilleur
  • Metal detecting news
  • Le Fouilleur sur DailyMotion
  • Le Fouilleur sur Youtube

Bien plus qu'un site...la plus grande communauté !

  • Le Forum comporte 16000 membres inscrits, pour plus de 1,4 million de messages dont des dizaines de milliers d'objets et monnaies identifiés. La Boutique du Fouilleur est le leader de la vente de détecteurs avec plus de 5500 détecteurs vendus en 2012. L'association compte 417 membres.


Notre communauté

  • Le Forum du Fouilleur
  • Le Journal des Fouilleurs en vidéo
  • Magazine Le Fouilleur en kiosque tous les 2 mois
  • Le Fouilleur TV, le meilleur de la détection de métaux enfin en vidéo

Messages populaires

Les disques de déte

Saviez-vous qu’en ajoutant un disque de type ou diamètre différent ...

Petition pour la dé

Il y a 2 ans, Oscheret, les Aventutiers de la ...

Nouveaux disques SEF

Vous les attentiez depuis plus d’un an, les disques SEF ...

Achat-vente de déte

La Boutique du Fouilleur propose de reprendre vos anciennes machines ...

Extracteurs à manch

Afin de compléter votre détecteur de plage, nous vous conseillons ...