Les conseils de Whex pour bien débuter en orpaillage

Dans Orpaillage
20160726_113112

Pour poser vos questions, voir des résultats de sortie ou en savoir plus sur l’orpaillage, rendez vous sur notre nouveau forum Orpaillage:http://www.lefouilleur.com/forum/orpaillage-f109.html

Faisons la connaissance de Whex utilisateur de détecteurs de métaux qui nous explique comment lui est venu la fièvre de l’or et nous prodigue de bons conseils pour démarrer !

Salut Whex, ça fait un moment que tu suis Le Fouilleur à travers ses pages et le forum. Avant de nous parler d’orpaillage présente toi.

Bonjour David, je m’appelle Lionel, j’ai 34 ans, je vis dans le sud près de Toulouse. Je pratique la détection depuis 6 ans et j’entame ma 3ème saison d’orpaillage. Je vis en couple avec un petit, ce qui me laisse peu de temps pour sortir. L’orpaillage, comme la détection permet de me vider la tête !

Justement, explique-nous comment t’es venu l’envie de te mettre à l’orpaillage ? Est-ce lié à la détection ?

Ça m’est venu un peu comme m’est venu la détection : complètement par hasard. En réalité, tout vient de mon père. Il a grandi à Salies du Salat, un petit village thermal médiéval au sud de la haute Garonne. Quand j’étais petit, il me racontait qu’il avait toujours entendu parler des gars qui secouaient la bâtée. Mais cette histoire ne m’a jamais marqué plus que cela jusqu’à il y a 3 ans. Il m’explique qu’il regarde sur satellite une série qui montre des chercheurs d’or en Alaska (l’émission Gold Rush sur Discovery Channel). C’est à ce moment qu’il prononce la phrase magique : « Ce serait une bonne idée de faire pareil sur le salat ». Une phrase lancée sans aucune conviction pour lui mais qui a eu ce jour-là pour moi un gros impact. Le soir même j’étais déjà en train d’éplucher les sites internet traitant du sujet. Dès le lendemain, ma première commande de matériel était lancée.

Donc aucun rapport avec la détection de métaux ?

En fait si…Il y a une 2ème raison plus pragmatique. Cela fait donc 6 ans que je pratique la détection de loisir ; prospectant davantage les champs et n’aimant pas trop les prairies, je me retrouvais au ralenti quand arrivait l’été car il y a beaucoup moins de terrains de jeu disponibles. Les champs sont semés, et les forets inhospitalières

J’étais à la recherche d’une 2ème activité pour ces mois où la détection est difficile à pratiquer. Alors quand il fait chaud, maintenant pour moi les moustiques en forêt c’est fini ! Je suis les pieds dans l’eau en train de remuer du gravier ! L’orpaillage est une activité saisonnière qui se pratique en été quand les niveaux des rivières sont au plus bas. Du coup, j’orpaille l’été et détecte le reste de l’année. Ça permet aussi d’éviter de me dégoutter de la détection et de faire une pause pour mieux repartir en Octobre. C’est d’ailleurs amusant, car dorénavant, quand je pratique l’orpaillage, je pense beaucoup à la détection en trouvant de nouveaux spots sur lesquels je pourrais passer mon détecteur. Et quand je détecte, j’ai en arrière-pensée les préparatifs de ma future saison d’orpaillage. J’ai même remarqué que j’étais moins frustré quand je faisais une sortie moyenne en détection. La détection et l’orpaillage sont donc deux activités étroitement liées !

Comment se sont déroulées tes premières sorties ?

Curieusement, j’ai ressenti les mêmes émotions à mes premières paillettes que lorsque j’ai sorti de terres mes premières monnaies en détection.  A chaque sortie, je ne rentre jamais bredouille !

Quels sont pour toi les qualités nécessaires à un bon orpailleur ?

Une personne qui pratique déjà la détection ne sera pas trop dépaysée : il faut être patient, curieux, faire beaucoup de recherches, être un peu bricoleur et comprendre les 3 principes physiques de l’or. Après avec un peu d’entrainement, tout le monde peut tirer son épingle du jeu.

Comment as-tu appris l’art de l’orpaillage ?

Comme pour la détection: tout seul avec mon ami Google et depuis peu, aved l’aide d’une petite communauté qui commence à se construire ici en France sur le forum du Fouilleur ainsi que sur Facebook.  Pour le moment, la pratique ici est encore confidentielle alors que c’est un super loisir avec lequel on peut rapidement obtenir des résultats. On ne peut pas en vivre mais en tant que loisir c’est à dire pour passer du bon temps, ça comblera n’importe qui ! C’est aux Etats Unis que l’orpaillage est le plus populaire et c’est souvent sur des sites Américains que l’on trouve les meilleures infos et la plupart des vidéos. Enfin, l’un des rares professionnels que l’on a ici en France, « Goldminer » est qui est présent sur le forum du Fouilleur, prodigue d’excellents conseils et nous apprend comment fabriquer plein de choses ! C’est un vrai professionnel de l’orpaillage. Il dispose d’une énorme expérience et n’hésite pas à transmettre son savoir.

Qu’est ce qui te plait tant dans l’orpaillage ?

Tout d’abord le cadre qui se rapproche beaucoup de celui de la pêche avec le contact de l’eau, le bruit blanc des rapides, la communion avec la nature…
Mais il y a aussi tout le reste. La prospection, l’aventure de la chasse à la pépite, l’infime espoir de devenir riche avec l’or qu’on trouve, l’adrénaline au moment de voir ce qui se trouve au fond de la batée…C’est enfin un loisir très accessible en terme de prix et on peut se bricoler beaucoup de choses soit même !

Maintenant la question que tout le monde se pose : Y a-t-il vraiment de l’or en France ?

En France il y a de l’or partout ! Tout est une question de quantité. Pour être plus précis, certains lieux sont plus propices à la pratique de l’orpaillage : le pourtour du massif central, la Bretagne qui compte les sites aurifères les plus nombreux, les Pyrénées et les régions proches des Vosges et du Jura. Il y en a aussi sur certaines plages de Bretagnes et au sud de l’estuaire de la Garonne. Après il ne faut pas s’attendre à faire fortune, vous seriez alors déçu.

Quelles sont les règles et lois qui régissent cette activité ?

Le cadre légal de l’orpaillage est beaucoup plus souple que celui de la détection. Une simple déclaration à la préfecture détaillant l’activité que l’on va pratiquer, l’endroit, la période et le matériel est suffisante. Le cas échéant, une autorisation pour les zones privées (comme en détection) est nécessaire et c’est tout ! Les zones naturelles protégées sont interdites et l’utilisation de moteurs thermiques ou électriques également. Pour le reste, c’est comme pour la détection ou les champignons : quand on trouve un bon coin, mieux vaut le garder secret. La communauté est assez petite en France donc l’ambiance reste très bon-enfant.

De quoi a-t-on besoin comme matériel et combien est ce que cela coute ?

L’orpaillage se scinde en 2 étapes : la « prospection » et la « production ».
La prospection consiste à chercher un coin potentiellement intéressant.
La production est dédiée à l’exploitation de l’endroit repéré avec une seule règle à garder en tête : «plus on lave de graviers, plus on récoltera d’or»

Il y a 2 approches et donc 2 matériels différents.
Pour la prospection, le matériel consiste en un pan, un tamis « grossier », une pelle, une pompe à main, un crochet pour les failles, une pipette d’aspiration pour récolter l’or et c’est tout. Il existe des kits pour débuter à moins de 40 euros comme l’excellent Karma.

Pour la production, ajoutez au matériel de prospection une rampe de lavage ou « sluice » en anglais. Comptez 150 euros en moyenne en fonction du modèle et de sa taille. Nous aurons l’occasion dans un prochain article de détailler les types de rampes disponibles : types, tailles, tapis…

Pourquoi cela ? Existe t’il plusieurs types de rampes ?

En effet, en france, il en existe 4 :
– les rampes classiques avec moquette, échelle de radiers («riffles» en anglais), tôle déployée (Keene, Jobe, Proline)
– les rampes en plastique (Caledonian, le Trap)
– les rampes avec tapis caoutchouc. Elles sont semblables à une sluice classique à laquelle on ajoute des tapis en caoutchouc de formes nervurées diverses. (Gold Hog sont spécialisés dans ces sluices)
– les rampes hors-courant (Concentrator ou Rockers).

Et toi, tu utilises quoi ?

Je suis fan des sluices plastiques. J’adore mon Caledonian ! Sinon, j’apprécie les sluices en caoutchouc. Pour la saison prochaine, je vais investir dans un sluice hors-courant.

Comme pour les rallyes en détection, existe t’il des concours d’orpaillage ?

Oui il en existe un peu partout en France. C’est essentiellement des concours de vitesse à la bâtée. Celui qui tamise le plus gagne !
On trouve plutôt de la pépite comme aux USA ou en Australie ou bien de la paillette ? En France les pépites sont rares mais elles existent. C’est un peu comme les monnaies d’or ou d’argent en détection. On trouve plutôt de la paillette.

Combien tu trouves d’or par an ?

La première saison, j’ai trouvé 0.3 gr. L’an dernier 2.6 gr. Cette année, alors que nous sommes en juillet, j’ai déjà dépassé ma production de 2015 alors que je ne fais que des petites sorties d’1h ou 2 (mon métier dans l’aéronautique et ma famille me prenant beaucoup de temps). Tout dépend du secteur où l’on se trouve car les concentrations de dépôt varient d’une rivière a l’autre mais aussi d’un  secteur a l’autre. Par chez moi on estime qu’1 gramme par jour est un bon rendement. Mais on peut en trouver plus ailleurs.

Que fais tu ensuite de l’or récolté ?

Pour l’instant je l’expose dans une fiole et je l’admire. Une fois la quantité suffisante, je compte faire réaliser un bijou pour mon fils ou pour ma femme. Cela dépendra qui est le plus sage !

Quelles sont tes ambitions pour cette nouvelle saison ?

Cet hiver j’ai construit une nouvelle rampe. J’en ai customisé 2 autres. J’ai acheté et testé la rampe Caledonian Classic que je trouve très efficace et facile à utiliser. J’ai découvert la saison dernière un nouveau spot très prometteur au vu de mes prospections du printemps. J’ai hâte de tester tout ce matériel là-bas en production ! Les meilleurs spots sont ceux dont personne ne parle. Mon objectif est très simple : faire mieux que l’année dernière.

Vous serez intéressé par:

regalages sonores et sons de 15 détecteurs de métaux

Tonalités et réglages sonores d’un détecteur de métaux : 15 modèles testés pour vous

Afin d’illustrer et accompagner la sortie en kiosque du n°61 du magazine et de l’article sur les réglages sonores

Lire la suite...
Test comparatrif en video des détecteurs de métaux Teknetics Alpha 2000 et Garrett ACE 250

[Vidéo] Comparatif Garrett ACE 250 vs Teknetics ALPHA 2000

Quel est le meilleur détecteur pour débuter à petit budget à savoir moins de 200 euros. La réponse est

Lire la suite...
extracteur à manche pour la détection de plage et rivière Silversccop

Extracteur à manche Silver Scoop pour la plage et la rivière

Les prospecteurs de plage ou ceux qui explorent les fonds de rivière sont adeptes des extracteurs à manche pour

Lire la suite...

Mobile Sliding Menu