2 boursées enterrées à 30 mètres l’une de l’autre… la 3ème n’est pas loin !

Dans Trésors
tresor langres detecteur

Par un beau dimanche du mois de juillet de cette année, ce qui, notez-le bien, est aussi rare, dans la Haute-Marne, qu’une poignée de liards de l’évêché de Langres, eu égard évidement à la rareté de ces monnaies et non point à l’éventuelle pauvreté du dit évêché aux temps anciens, je me suis mis en route, avec mes fidèles chiens dont un australien, lequel, un jour où il « donnait de la voix », m’a donné mon pseudo. Mais ce n’est pas un Detector-Terrier comme le clébard de Pascal… même si les australopithèques ont toujours été reconnus comme étant les auteurs des premiers outils sur notre planète. Donc me voilà parti avec, comme toujours, beaucoup d’impatience et de passion quand il s’agit d’aller passer un bon moment sur le terrain, en espérant que le hasard fera bien les choses…

Accompagné également et bien évidemment de mon inséparable détecteur et de son casque sans fil, après avoir « religieusement » écouté les conseils éclairés de David que je tiens sincèrement à remercier, me voici arrivé dans mon bois fétiche ; je me mets à la tâche avec passion et attention, à l’écoute du moindre frémissement de mon détecteur, une superbe machine qui vous discrimine le moindre détritus métallique. Après avoir sorti de terre quelques bricoles (dés, boucles, clous, etc.) mon détecteur s’affole… je suis probablement tombé dans le Triangle des Bermudes où, comme chacun sait, la variabilité du champ magnétique terrestre est probablement la cause des chutes d’avions qui s’y sont abîmés sous la surface de l’océan… or ma surface à moi est bien terrestre et n’occupe qu’un bon mètre carré !

Très excité, à l’aune de mon « palpitant » qui s’affole, je pose mon matériel, je retire mon chapeau australien, ce qui a aussitôt pour effet de faire coucher mes chiens, j’allume une cigarette… je sais, ce n’est pas bien… et je me calme en rêvant à la découverte que je vais incessamment sortir de terre. Serein, je commence à creuser et, à 15 cm de profondeur, je tombe nez à nez avec un liard de Louis XIII qui s’était caché là. Rien de bien exceptionnel, me direz-vous, mais lorsque ce 1er liard est suivi d’un 2ème, puis d’un 3ème, d’un 4ème, d’un 5ème et encore d’un 6ème, c’est une autre affaire, surtout si la collection se complète « malicieusement » par un denier anonyme de l’évêché de Besançon. Je dis bien malicieusement, car chacun sait que ce n’est point l’évêque de Besançon qui chaponnera ce bon Louis XIII, mais le cardinal de Richelieu.  Pour ma part, je trouve cette découverte splendide et étonnante, d’autant plus que c’est ma première boursée. Après cette découverte plus que fortuite, je rentre à la maison fort épuisé, très existé, mais surtout immensément heureux.

boursée de 6 deniers médievaux en billon

Quelques jours plus tard, je décide de retourner sur les lieux, au cas où ? Me revoilà sur ce site qui est pour le moins très riche en histoire (au passage, je vous signale que j’ai obtenu l’autorisation écrite du Maire de la commune pour prospecter dans ce bois) et retourne exactement à l’endroit où s’étaient cachés mes liards… toujours avec mes chiens, mon chapeau et une cigarette aux lèvres ; je fouille, je vais, je viens, je reviens, j’avance, je recule, lorsque, m’étant rendu à 30 mètres à peine de la cache aux liards, mon détecteur s’affole de nouveau.

Imaginez-vous que vous êtes à ma place : excitation extrême, « palpitant » battant une chamade de 150 coups à la minute, tremblements des extrémités, tics nerveux, démangeaisons, bref, toutes sensations très spécifiques de l’émotion faisant suite à ma 1ère découverte, émotion ressentie par tous les fouilleurs de France et de Navarre… enfin, c’est ce que je leur souhaite. Je commence à creuser et, bingo, ou plutôt rebingo, me revoilà nez à nez avec une pièce rare : un denier anonyme et en argent provenant de l’évêché de Langres, suivi d’un 2ème, d’un 3ème, d’un 4ème, d’un 5ème, d’un 6ème et… d’un 7ème découvert le lendemain… oublié de la veille ! Je n’en suis pas encore remis ; trouver une poignée de monnaies, c’est magnifique, mais en trouver deux en quelques jours et à moins de 30 mètres l’une de l’autre, c’est fabuleux, car ces monnaies sont temporellement séparées de quelques centaines d’années !

Vous pensez bien que je pense comme vous, jamais 2 sans 3, et vous pouvez me faire confiance, je vais fortuitement trouver la 3ème, car les lois du hasard sont formelles ! Je me promène à tout vent dans ce bois, la poêle à bout de bras… les lois du hasard sont formelles ! Sûr que je vais la débusquer, cette 3ème nichée ! En fait, j’ai besoin de décompresser, à cause de mon boulot. Mon problème actuel est simple : ma passion prenant le pas sur mon travail, que puis-je faire ? RIEN ! RIEN de RIEN ! Ma passion passera devant le travail !

Vous serez intéressé par:

disque 33cm pour detecteurs de metaux

Comparatifs des disques 33cm Karma, Detech et NEL

3 marques proposent des disques de 33cm, le diamètre le plus polyvalent parmi les grands disques. Nous les avons

Lire la suite...
magazine tresor et detection

Le Fouilleur 63 en kiosque le mardi 3 juillet

Le Fouilleurn°63 est en kiosque à partir du mardi 3 juillet 2017//. Dans ce numéro de 64 pages, retrouvez

Lire la suite...
comparatif des detecteurs de metaux a petit budget pour debuter

Comparatif des détecteurs pour débuter (179 à 449€)

La question qui revient le plus souvent parmi nos lecteurs ou sur les réseaux sociaux est de savoir «Quel

Lire la suite...

Mobile Sliding Menu